dimanche 26 septembre 2010

Note de lecture de Philippe Biget sur "L'appétit de la mort"

Cette note de lecture doit paraître dans le prochain numéro de la revue Poésie première :

« L’appétit de la mort est un banal constat biologique sans grand mystère. Toute autre est la fascination que l’issue fatale exerce sur beaucoup d’entre nous, ne serait-ce que de façon inconsciente ; elle hante l’esprit humain depuis l’origine des temps, toutes les mythologies en attestent. C’est ce domaine trouble que Thomas Duranteau explore au long d’une sorte d’inventaire des moyens de mettre fin à ses jours : s’empoisonner, se noyer, etc. En sept courtes compositions de sept poèmes chacune, le poète impute à Dieu les sept péchés capitaux. Ensuite, la magie du chiffre sept se brise. On n’avait pourtant que l’embarras du choix pour attribuer à Dieu d’autres péchés. Mais la huitième et ultime composition bascule dans un épilogue moraliste qui réconfortera les bonnes âmes sans ajouter à l’intérêt littéraire du livre.
Car cet intérêt est grand. Thomas Duranteau a le talent de condenser son expression poétique en images et tournures inventives :

Combien de temps dura ta chute ?
nul ne sait
le fracas a devancé l’impact
écho mal réglé
ou encore :
Une petite balle
à l’assaut d’un empire
uni dans sa finitude

Les illustrations expressionnistes et dynamiques de Lydie Arickx ajoutent à la dimension tragique de l’ouvrage. »

4 commentaires: