lundi 3 décembre 2012

Revue de presse sur "Des miettes et des étoiles" (Elytis, 2012) 2


Note de lecture d'Olivier Thuillas sur le site du Centre Régional du Livre du Limousin
http://www.crl-limousin.org/site_crl/dossier_vient_paraitre/vient_de_paraitre_2012.html

« Sur l’invitation de l’Union des déportés d’Auschwitz, Thomas Duranteau, jeune enseignant d’histoire et de géographie vivant à Aixe-sur-Vienne (Haute-Vienne), effectue un voyage de cinq jours en compagnie d’anciens déportés. Par ailleurs poète, peintre et dessinateur, il décide d’aborder la Shoah sous la forme d’un carnet de voyage mêlant dessins, croquis, gravures, réflexions personnelles, journal et citations d’auteurs ayant écrit sur ce thème.
Le moins que l’on puisse dire est que le pari éditorial était risqué. Or, l’ensemble forme un ouvrage remarquable tant du point de vue de la forme que du fond.
Historien de formation, Thomas Duranteau connaît très bien les mécanismes de la barbarie nazie à l’œuvre dans ces camps, mais il laisse aller sa propre sensibilité artistique en la mettant au service des archives qu’il reproduit (articles, témoignages de rescapés, photos d’époque…). Sa maîtrise du sujet lui donne une liberté créative rare pour un voyage de ce  type : il illustre ainsi les pages de  journal d’un médecin SS ayant exercé dans un des camps ou entame une séquence en BD sur le questionnement d’un Juif face à l’horreur subie.
Avec pudeur et retenue, mais aussi avec une grande maîtrise graphique, le jeune poète propose un ouvrage à la fois original et ambitieux, servi par une très belle maquette et un petit format qui réussit bien aux Éditions Élytis. »

« Le voyage dans la Pologne des grands camps de la mort » note de lecture de Martine L. Petauton (site internet « Reflets du temps », mai 2012)

« Que le professeur d’Histoire, faisant, avec l’Union des déportés d’Auschwitz, le voyage des grands camps de Pologne, revienne avec l’envie – la nécessité – d’écrire ; quoi de plus naturel ! On nous transmet le témoin, la flamme du souvenir ; on revient, la mission chevillée ; transmettre toujours plus loin, veiller, ne plus dormir… voyage initiatique ; domaine du pédagogique. Que le citoyen, le républicain digne de ce nom, revienne le souffle court, transi jusqu’aux tréfonds, entendant depuis lors, et malgré le matelas de ses savoirs, sonner de bien curieux bruits au dedans de lui-même ; qu’il en vienne à crier ; quoi de plus évident ; voyage initiatique ; domaine de l’humanité toute entière…
 Thomas Duranteau, quant à lui, fait mieux que ça ; professeur d’Histoire, républicain de belles valeurs, mais aussi plasticien, et quelque peu poète, il  nous offre un petit – superbe – livre sur « son » incursion à l’Est, qui est bien davantage : un outil, un objet-référence, une sorte de manuel (la connotation pédagogique est noble). Comme une anthologie d’émotions, de savoirs. Un voyage, ce livre sur « le » voyage à Auschwitz ; au cœur de l’Histoire – celle de la Shoah. Au fond de nous-mêmes, aussi, puisque aussi bien, écrivait Georges Bataille en 1947 : « comme les pyramides ou l’acropole, Auschwitz est le fait, est le signe de l’homme. L’image de l’homme est inséparable, désormais, d’une chambre à gaz ». (extrait du début de l'article)

pour voir l'article en entier :

http://www.refletsdutemps.fr/index.php?option=com_zoo&task=item&item_id=1666




1 commentaire: